Le co-fondateur de Microsoft, Bill Gates, a présenté un plan en trois points sur la manière dont les États-Unis pourraient se sortir de la pandémie due au coronavirus.

En 2015, le philanthrope avait déjà encouragé les dirigeants mondiaux à se préparer à ce type de situation. Alors, ce mardi 31 mars 2020, Bill Gates a rédigé un article d'opinion pour le Washington Post, dans lequel il fait des recommandations basées sur les consultations d'experts qu'il a eues dans le cadre de son travail avec la Fondation Gates. En effet, cette dernière finance actuellement la recherche d'un traitement pour le Covid-19.

"Il ne fait aucun doute que les États-Unis ont manqué l'occasion de prendre de l'avance sur le nouveau coronavirus", écrit-il. En février dernier, le président Donald Trump, qui minimisait l'impact du coronavirus, estimait qu'il s'agissait d'un "hoax" (un canular) des démocrates pour lui nuire, comme le rapporte France24.

"Mais la fenêtre pour prendre des décisions importantes n'est pas close", estime-t-il. "Les choix que nous et nos dirigeants faisons maintenant auront un impact énorme sur la rapidité avec laquelle le nombre de cas commencera à baisser, sur la durée pendant laquelle l'économie restera en berne et sur le nombre d'Américains qui devront enterrer un être cher à cause du Covid-19", a-t-il poursuivi. Au 31 mars, le coronavirus avait infecté près de 190 000 personnes aux États-Unis, et le nombre de décès dans le pays a dépassé le nombre de 4 000.

Voici la solution à trois étapes qu'il propose pour le pays :

Une approche nationale cohérente

Selon Bill Gates, en premier lieu, il s'agit d'appeler à une "approche nationale cohérente" des mesures de confinement qui sont imposées pour contenir la propagation de la maladie dans le pays. Il a qualifié le fait que certains États ne soient pas complètement en quarantaine de "recette pour un désastre".

"Parce que les gens peuvent voyager librement à travers les frontières des États, le virus le peut aussi", a-t-il écrit. "Les dirigeants du pays doivent être clairs : le confinement a un endroit donné signifie le confinement partout. Tant que le nombre de cas ne commencera pas à baisser dans toute l'Amérique — ce qui pourrait prendre 10 semaines ou plus — personne ne pourra continuer ses activités comme d'habitude ou assouplir le confinement". "Toute confusion sur ce point ne fera qu'étendre la douleur économique, augmenter les chances que le virus revienne et causer plus de morts", a-t-il ajouté.

Que fait le Forum Économique Mondial à propos de l'épidémie coronavirus?

Une nouvelle souche de coronavirus, le COVID 19, se répand dans le monde, provoquant des décès et des perturbations majeures de l'économie mondiale.

Répondre à cette crise nécessite une coopération mondiale entre les gouvernements, les organisations internationales et le monde des affaires. C’est justement la mission du Forum Économique Mondial en tant qu'organisation internationale de coopération public-privé.

Le Forum Économique Mondial, en tant que partenaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a lancé la plate-forme d'action COVID. Cette plate-forme vise à favoriser la contribution du secteur privé à la stratégie mondiale de santé publique relative au COVID-19, et à le faire à l'échelle et à la vitesse requises pour protéger des vies et des moyens de subsistance ; ceci afin de trouver des moyens d'aider à mettre fin à l'urgence mondiale le plus tôt possible.

En tant qu'organisation, le Forum a déjà prouvé qu'il pouvait aider à faire face à une épidémie. En 2017, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a été lancée à l’occasion de notre réunion annuelle. Elle a rassemblé des experts du gouvernement, des entreprises, de la santé, du monde universitaire et de la société civile pour accélérer le développement de vaccins. La CEPI soutient actuellement la course au développement d'un vaccin contre cette souche de coronavirus.

Une intensification des tests

Le co-fondateur de Microsoft a également demandé au gouvernement fédéral d'intensifier les tests et d'établir un ordre de priorité clair quant aux personnes qui seront testées en premier, la priorité absolue allant aux travailleurs dans le secteur de la santé et aux premiers intervenants.

En second lieu, il s'agirait des "personnes très symptomatiques qui risquent le plus de tomber gravement malades et de celles qui sont susceptibles d'avoir été exposées", détaille Bill Gates.

La recherche scientifique comme moteur

La dernière étape, selon lui, serait d'adopter "une approche basée sur les données pour développer des traitements et un vaccin", en exhortant les dirigeants à apporter leur aide en "n'alimentant pas les rumeurs ou faire des achats de panique".

"Comme nous l'avons vu cette année, nous avons encore un long chemin à parcourir", a-t-il conclu dans son article. "Mais je continue à croire que si nous prenons les bonnes décisions maintenant, en nous appuyant sur la science, les données et l'expérience des professionnels de la médecine, nous pourrons sauver des vies et remettre le pays au travail".