• La visibilité des chaînes d'approvisionnement est cruciale pour comprendre l'impact des perturbations.
  • Numériser les enregistrements rendra les chaînes d'approvisionnement plus résistantes aux chocs à venir.
  • La blockchain contribuera à garantir la confidentialité des données pour les fournisseurs.

Suite aux perturbations des chaînes d'approvisionnement dues au coronavirus, plusieurs experts ont réitéré la nécessité d'obtenir plus de visibilité sur les chaînes. Les entreprises qui vendent des produits finis connaissent généralement les calendriers de production et d'expédition de leurs fournisseurs de premier rang, mais peu, voire pas, les fournisseurs plus en amont de la chaîne.

Avoir cette visibilité est considéré comme la clé pour optimiser l'efficacité et l'agilité de la chaîne d'approvisionnement pendant la production normale. En cas de perturbations critiques de la chaîne d'approvisionnement, cette visibilité devient cruciale pour comprendre l'impact de la perturbation sur le reste de la chaîne afin que d'autres acteurs de l'écosystème puissent planifier et prendre des mesures, telles que le recours à d'autres fournisseurs.

La COVID-19 ayant entraîné des mesures de confinement, les fournisseurs de la chaîne cessent temporairement la production et les prestataires logistiques ne peuvent plus transporter les marchandises de manière aussi transparente, en particulier au-delà des frontières.

Fiat Chrysler Automobiles a annoncé mi-février qu'elle arrêtait temporairement la production dans une usine automobile en Serbie car elle ne pouvait pas obtenir de pièces en provenance de Chine. Hyundai a fait une annonce similaire pour des usines en Corée. Le transport aérien international a acheminé une grande quantité de marchandises commerciales avant la COVID-19, mais a vu ses vols diminuer de 55 % depuis le début de la pandémie. La Chine joue un rôle central dans les chaînes d'approvisionnement mondiales.

Image : Bloomberg

Ce problème n’est pas nouveau : les entreprises tentent de découvrir ces données depuis des décennies, mais les fournisseurs ne communiquent pas leurs informations. Voici comment nous pouvons réellement avoir une visibilité sur la chaîne de valeur dans son ensemble :

1. Passer du papier à la numérisation

C’est bien connu, le commerce dépend de processus papier : le connaissement (une liste détaillée de la cargaison d'un navire) ; des avis remplis à la main ; des copies papier des listes de colisage de chaque transporteur logistique. Dans certains cas, comme avec le connaissement, des copies papier physiques sont exigées par la loi. Cependant, la plupart des entreprises doivent encore numériser leurs processus de chaîne d'approvisionnement car, selon elles, le coût de cette opération ne génère pas suffisamment d'efficacité ou de sécurité pour justifier l'effort.

Les mesures de protection contre la COVID-19 ont clairement montré que les opérations dépendantes de ressources physiques, telles que le papier, pouvaient subir de graves perturbations en cas de présence physique impossible. Les signatures manuscrites et les impressions papier sont généralement gérées par le personnel des opérations, qui doit se rendre au bureau ou sur un autre lieu de travail, et travailler en coordination avec d’autres personnes. De plus, les chaînes de valeur qui s'appuient sur les informations contenues dans ces documents papier perdent très rapidement accès à cette visibilité et ne peuvent pas réagir aux conditions changeantes.

La numérisation n'est donc pas simplement une question de coût, mais principalement de visibilité et de gestion des risques de la chaîne d'approvisionnement. Pour limiter l'impact des points de défaillance dans la chaîne de valeur, il est important de rendre les données disponibles par des moyens numériques. En cette période de pandémie de COVID-19, les gouvernements et les entreprises dotés d'une infrastructure numérique solide et de réglementations habilitantes telles que les lois sur la signature électronique et les transactions électroniques, gèrent les perturbations de la chaîne d'approvisionnement beaucoup mieux que ceux qui n'en ont pas.

2. Assurer la confidentialité des données pour les fournisseurs

La raison pour laquelle les fournisseurs en amont ne divulguent pas d'informations aux clients finaux, même s'ils pourraient facilement le faire, est qu'ils craignent de perdre un avantage commercial si leurs clients en savent davantage sur leurs opérations, leurs prix et leur approvisionnement. Les fournisseurs doivent être en mesure de contrôler exactement qui reçoit quelles données de leur part et de vérifier indépendamment ces contrôles.

La plupart des communications numériques dans la chaîne d'approvisionnement se font via des échanges de données informatisés (EDI) et des feuilles de calcul Excel. Lorsque des données circulent uniquement entre deux parties de l'écosystème de la chaîne d'approvisionnement, leur confidentialité est facilement contrôlable et ne constitue pas un problème. Cependant, lorsque les données de ces communications doivent être distribuées à davantage de parties, les systèmes de chaîne d'approvisionnement traditionnels, qui sont centralisés, ne peuvent pas accorder de contrôles d'accès indépendants et vérifiables à chaque partie. Un système décentralisé qui appartient néanmoins à un gros acheteur est le meilleur moyen de donner aux fournisseurs la confidentialité dont ils ont besoin et aux acheteurs la visibilité qu'ils souhaitent.

Une blockchain avec des autorisations privées ou publiques répond à ces critères. Une fois les autorisations de partage de données correctement créées, les fournisseurs peuvent les auditer directement sur leur propre nœud de blockchain. Parallèlement, leurs données peuvent être distribuées en toute sécurité à d'autres dans le réseau de la blockchain sans nécessiter l'intégration point à point des systèmes centralisés. Voici donc un problème technologique clé résolu en incitant les fournisseurs à participer aux initiatives de visibilité de la chaîne d'approvisionnement.

3. Inciter les fournisseurs à partager leurs données

Les acheteurs qui accordent une grande valeur aux données peuvent envisager d’acheter celles des fournisseurs, en plus des biens physiques qu'ils se procurent. Une méthode plus rentable et avantageuse consiste à mettre en place des programmes de financement de la chaîne d'approvisionnement qui offrent aux acheteurs des taux d'intérêt compétitifs.

De nombreux acheteurs proposent déjà de tels programmes à leurs fournisseurs de premier rang. Cependant, le manque de visibilité est un problème qui provient des autres fournisseurs, de deuxième rang ou même plus haut dans la chaîne d'approvisionnement. Le financement doit également les atteindre. La blockchain est la technologie idéale pour garantir que les données sur les performances et les risques, qui sous-tendent toutes les transactions de financement de la chaîne d'approvisionnement, soient partagées de manière authentifiée avec les financiers et les autres acteurs d’une transaction, même lorsqu'il n'y a pas de relation directe entre eux.

En utilisant la blockchain, les acheteurs peuvent, par exemple, utiliser des engagements de paiement sur la blockchain comme alternatives à une lettre de crédit, payer les fournisseurs plus tard, réduire le coût des marchandises vendues et se protéger de la faillite des fournisseurs. Les fournisseurs, à leur tour, enregistrent leurs recettes plus tôt et remplacent leurs accords de financement de la chaîne d'approvisionnement actuels par des conditions de financement bien inférieures. Ces avantages se multiplient à mesure que le réseau se développe. Le résultat est un écosystème de financement grâce auquel le partage de données devient rentable.

Que fait le Forum Économique Mondial à propos de l'épidémie coronavirus?

Une nouvelle souche de coronavirus, le COVID 19, se répand dans le monde, provoquant des décès et des perturbations majeures de l'économie mondiale.

Répondre à cette crise nécessite une coopération mondiale entre les gouvernements, les organisations internationales et le monde des affaires. C’est justement la mission du Forum Économique Mondial en tant qu'organisation internationale de coopération public-privé.

Le Forum Économique Mondial, en tant que partenaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a lancé la plate-forme d'action COVID. Cette plate-forme vise à favoriser la contribution du secteur privé à la stratégie mondiale de santé publique relative au COVID-19, et à le faire à l'échelle et à la vitesse requises pour protéger des vies et des moyens de subsistance ; ceci afin de trouver des moyens d'aider à mettre fin à l'urgence mondiale le plus tôt possible.

En tant qu'organisation, le Forum a déjà prouvé qu'il pouvait aider à faire face à une épidémie. En 2017, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a été lancée à l’occasion de notre réunion annuelle. Elle a rassemblé des experts du gouvernement, des entreprises, de la santé, du monde universitaire et de la société civile pour accélérer le développement de vaccins. La CEPI soutient actuellement la course au développement d'un vaccin contre cette souche de coronavirus.

4. Prendre de l’avance - ne pas supposer que les perturbations actuelles ne se reproduiront plus

Le déploiement des initiatives de chaîne d'approvisionnement prend du temps. La mesure la plus efficace à prendre maintenant consiste à mettre en œuvre des programmes de financement de la chaîne d'approvisionnement pour soutenir les fournisseurs en difficulté financière et à rendre la chaîne de valeur plus efficace en termes de capital. Si les entreprises commencent à instaurer le partage de données dès maintenant, elles seront bien mieux placées pour faire face à un choc futur.

Le commerce mondial et les chaînes d'approvisionnement traversent un choc inhabituel et massif, qui frappe des deux côtés : l'offre et la demande. Les entreprises, qu'elles soient acheteurs ou fournisseurs, sont confrontées à d'énormes défis pour maintenir le flux de marchandises et de services en période de confinement international. Les pays, en particulier ceux en développement, subissent les conséquences directes des ruptures de la chaîne d'approvisionnement aggravées par les restrictions commerciales. Comme la situation de la COVID-19 change quotidiennement, il est crucial que toutes les parties aient une visibilité sur la chaîne d'approvisionnement, partagent des données et communiquent efficacement. Les technologies accompagnées de politiques habilitantes peuvent jouer un rôle important dans la reconstruction du système commercial et de la chaîne d'approvisionnement et rendre la chaîne d'approvisionnement plus résistante aux chocs dans les décennies à venir.

La plateforme du Forum économique mondial pour l'avenir du commerce et l'interdépendance économique mondiale travaille en étroite collaboration avec les acteurs publics et privés pour faire face aux chocs aigus et aux tensions persistantes, et diriger les efforts visant à reconstruire un système mondial résilient et réactif.