• Les microgouttelettes de moins d'un centième de millimètre peuvent propager le coronavirus.
  • Des recherches menées au Japon montrent que les microgouttelettes peuvent rester dans l'air pendant 20 minutes dans des espaces clos.
  • L'ouverture d'une fenêtre ou d'une porte peut éliminer ces gouttelettes.

Nous avons tous entendu les conseils sur la façon d'éternuer et de tousser dans un mouchoir pour éviter de propager le coronavirus. Mais de nouvelles recherches menées au Japon suggèrent que l'infection pourrait se propager simplement en discutant avec une autre personne.

En utilisant des caméras haute définition et un éclairage laser, NHK, la chaîne de diffusion publique japonaise, a mené une expérience avec un groupe de chercheurs pour capter le déplacement des microgouttelettes - des particules de moins d'un centième de millimètre.

Ils ont découvert que ces microgouttelettes étaient émises à chaque fois que nous parlons - et plus nous parlons fort, plus il y en a. Ainsi, deux personnes ayant une conversation à une distance normale l'une de l'autre pourraient facilement se transmettre le virus.

Les résultats viennent appuyer le message de distanciation sociale de l'Organisation mondiale de la santé, qui conseille aux gens de se tenir à au moins un mètre de distance à tout moment. Ils renforcent également la nécessité de bien aérer les pièces.

Une menace flottante

La recherche apporte un éclairage nouveau sur la propagation rapide du coronavirus. Les études précédentes se sont concentrées sur les éternuements et la toux, qui émettent de plus grosses gouttelettes, d'un millimètre, que l'on peut voir avec une caméra normale.

NHK a découvert que les gouttelettes d'un éternuement tombaient rapidement sur le sol et ne se déplaçaient pas très loin, même dans l’air. Mais leurs caméras ont également capté des microgouttelettes de moins d'un centième de millimètre de diamètre.

Plutôt que de tomber au sol, les microgouttelettes flottent dans l'air et se déplacent. Les chercheurs estiment qu'une seule toux ou un seul éternuement peut produire 100 000 microgouttelettes.

« Les microgouttelettes sont porteuses de nombreux virus », explique Kazuhiro Tateda, directeur de la Japanese Association for Infectious Diseases. « Nous les produisons lorsque nous parlons fort ou que nous respirons fortement. Les gens autour de nous les inhalent et c'est ainsi que le virus se propage. Nous commençons à présent à voir ce risque. »

Un risque invisible

Les chercheurs ont simulé une situation avec 10 personnes dans un espace clos, de la taille d'une salle de classe moyenne. Lorsque quelqu'un a toussé, comme prévu, les plus grosses gouttelettes sont tombées au sol en moins d'une minute.

Les microgouttelettes sont restées plus longtemps dans l'air dans les espaces fermés.
Jusqu'où les microgouttelettes peuvent-elles se propager en 10 minutes ?
Image : NHK

Mais 20 minutes après que la personne ait toussé, les microgouttelettes flottaient encore dans l'air et s'étaient répandues dans toute la pièce.

Cependant, lorsqu'une fenêtre était ouverte, les microgouttelettes étaient rapidement balayées par la brise. Tout flux d'air, semble-t-il, se débarrasse des particules super-légères.

Que fait le Forum Économique Mondial à propos de l'épidémie coronavirus?

Une nouvelle souche de coronavirus, le COVID 19, se répand dans le monde, provoquant des décès et des perturbations majeures de l'économie mondiale.

Répondre à cette crise nécessite une coopération mondiale entre les gouvernements, les organisations internationales et le monde des affaires. C’est justement la mission du Forum Économique Mondial en tant qu'organisation internationale de coopération public-privé.

Le Forum Économique Mondial, en tant que partenaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a lancé la plate-forme d'action COVID. Cette plate-forme vise à favoriser la contribution du secteur privé à la stratégie mondiale de santé publique relative au COVID-19, et à le faire à l'échelle et à la vitesse requises pour protéger des vies et des moyens de subsistance ; ceci afin de trouver des moyens d'aider à mettre fin à l'urgence mondiale le plus tôt possible.

En tant qu'organisation, le Forum a déjà prouvé qu'il pouvait aider à faire face à une épidémie. En 2017, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a été lancée à l’occasion de notre réunion annuelle. Elle a rassemblé des experts du gouvernement, des entreprises, de la santé, du monde universitaire et de la société civile pour accélérer le développement de vaccins. La CEPI soutient actuellement la course au développement d'un vaccin contre cette souche de coronavirus.

« Ce qui est important, c'est de créer deux ouvertures », dit Tateda. « Faites cela au moins une fois par heure. Cela réduit considérablement le risque d'infection. »

Les chercheurs affirment également que le port d'un masque peut réduire considérablement la propagation des microgouttelettes, ce qui contribue à protéger à la fois la personne qui parle et celles qui l'écoutent du risque d'attraper le coronavirus.