• Le trafic Internet mondial a augmenté d'environ 30 % au cours du mois dernier.
  • Les opérateurs de téléphonie mobile ont travaillé en étroite collaboration avec les gouvernements pour aider à gérer des besoins de trafic sans précédent.

Dans le sillage des restrictions sociales en place pour aider à gérer la menace de la COVID-19, le haut débit mobile, les connexions fixes sans fil et les applications mobiles sont devenus les principaux outils de milliards de personnes pour rester en contact avec tout le monde, des professionnels de la santé aux collègues de travail, en passant par les enseignants et les proches. L'évolution des demandes des utilisateurs due à cette situation extraordinaire a entraîné une augmentation des services de communication vocale, de SMS et de données dans les flux de téléchargement (download et upload).

Au cours du dernier mois, le trafic Internet mondial a augmenté d'environ 30 %, selon Akamai, une entreprise de technologie qui surveille la sécurité Internet des entreprises. Cela signifie que nous avons vu la croissance du trafic Internet d'une année entière en quelques semaines seulement. Cette croissance n’a même pas eu besoin de la diffusion en direct d’évènements sportifs, source de nouveaux records avant la COVID-19.

Face à cette situation inédite, les opérateurs de téléphonie mobile ont travaillé en étroite collaboration avec les gouvernements pour soutenir la gestion de la crise en fournissant des services mobiles au public et au gouvernement. Les ressources « spectre », ou fréquences, peuvent être mises à disposition par les gouvernements en temps de crise. Ces ressources peuvent aider à optimiser l'infrastructure du réseau mobile pour mieux répondre aux besoins des communautés et des services publics.

Que fait le Forum Économique Mondial à propos de l'épidémie coronavirus?

Une nouvelle souche de coronavirus, le COVID 19, se répand dans le monde, provoquant des décès et des perturbations majeures de l'économie mondiale.

Répondre à cette crise nécessite une coopération mondiale entre les gouvernements, les organisations internationales et le monde des affaires. C’est justement la mission du Forum Économique Mondial en tant qu'organisation internationale de coopération public-privé.

Le Forum Économique Mondial, en tant que partenaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a lancé la plate-forme d'action COVID. Cette plate-forme vise à favoriser la contribution du secteur privé à la stratégie mondiale de santé publique relative au COVID-19, et à le faire à l'échelle et à la vitesse requises pour protéger des vies et des moyens de subsistance ; ceci afin de trouver des moyens d'aider à mettre fin à l'urgence mondiale le plus tôt possible.

En tant qu'organisation, le Forum a déjà prouvé qu'il pouvait aider à faire face à une épidémie. En 2017, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a été lancée à l’occasion de notre réunion annuelle. Elle a rassemblé des experts du gouvernement, des entreprises, de la santé, du monde universitaire et de la société civile pour accélérer le développement de vaccins. La CEPI soutient actuellement la course au développement d'un vaccin contre cette souche de coronavirus.

Certains mécanismes mis en œuvre comprennent :

● Octroyer des licences de spectre à court terme/d'urgence aux opérateurs de réseaux mobiles (ORM) pour accéder à toutes les parties du spectre non allouées, renouvelables selon les exigences nationales

● Accélérer la délivrance de licences à court terme/d'essai aux ORM lorsque les nouvelles technologies peuvent permettre aux opérateurs d'aider à fournir ou à augmenter la connectivité et à déployer des services de manière ponctuelle

● Faciliter et accélérer l'accès au spectre pour les liaisons terrestres, utilisé pour connecter les stations de base au reste du réseau mobile et à Internet

● Prolonger les délais de transition ou de renouvellement en cours pour les titulaires de licence fournissant une connexion haut débit et d'autres services essentiels

● Supprimer les formalités administratives et les restrictions sur les moyens d'accéder immédiatement à plus de spectre, y compris le partage du spectre

Nous avons déjà vu des exemples impressionnants de gouvernements et d'opérateurs de téléphonie mobile travaillant ensemble pour aider à gérer cette situation inédite à l’évolution rapide, y compris :

● les États-Unis. La Commission fédérale des communications aux États-Unis a accordé un accès à court terme au spectre mobile disponible dans d’importantes bandes de fréquence pour fournir une capacité haut débit mobile supplémentaire. Ces bandes comprennent à la fois des bandes de « couverture » (600 MHz) et des bandes de « capacité » (1,7 -2,2 GHz). (Les bandes de fréquence ont des caractéristiques différentes, ce qui les rend susceptibles de remplir diverses fonctions. En général, les fréquences inférieures à 1 GHz peuvent parcourir de plus grandes distances et ont ainsi une meilleure couverture. Quant aux transmissions à haute fréquence, elles transportent plus de données et ont donc une plus grande capacité, sans offrir une meilleure couverture. Les deux types sont nécessaires pour offrir des services mobiles avancés de façon à connecter tout et tout le monde.)

● l’Irlande. La Commission de régulation des communications (ComReg) en Irlande libère temporairement un spectre radio supplémentaire dans les bandes 700 MHz et 2,6 GHz pour allouer une capacité supplémentaire aux téléphones mobiles et au haut débit et libéraliser l'utilisation de 2,1 GHz afin qu'il puisse être utilisé pour la 4G et d'autres technologies, plutôt que pour la 3G uniquement.

● la Jordanie. La Jordanie met à disposition des ORM le spectre disponible dans les bandes de couverture et de capacité.

● l’Arabie saoudite. L'Arabie saoudite met à disposition des ORM le spectre disponible dans les bandes de couverture et de capacité à court terme (bande 700 MHz).

● la Tunisie. La Tunisie rend l'ensemble du spectre des télécommunications mobiles internationales (IMT) technologiquement neutre à court terme. [En d’autres termes, au lieu d'être réservés à une technologie spécifique (par exemple 3G ou 4G), les ORM ont la possibilité d'utiliser le spectre pour la technologie qui a le plus d'impact.]

● le Panama. Au Panama, l’organisme Autoridad Nacional de los Servicios Públicos accordera sur demande des licences de spectre temporaires aux ORM pour une capacité supplémentaire.

● le Brésil. Un accord entre les ORM et Anatel, le régulateur des télécommunications au Brésil confirme que l'agence prendra toutes les mesures réglementaires nécessaires, y compris en lien avec le spectre, pour s'assurer que tous les services restent intacts.

● l’Afrique du Sud. L’Autorité indépendante des communications d'Afrique du Sud (Icasa) travaille avec les ORM sur le « déploiement du spectre » (c'est-à-dire l'accès à plus de spectre) pour augmenter la capacité face à l'énorme demande de données

« L'évolution des demandes des utilisateurs due à cette situation extraordinaire a entraîné une augmentation des services de communication vocale, de SMS et de données dans les flux de téléchargement (download et upload). »

—Mats Granryd

Actuellement, les opérateurs mobiles subissent l'augmentation soudaine et significative de la demande de trafic. La Global System Mobile Association (GSMA) plaide pour un accès rapide, abordable et équitable à une quantité suffisante de spectre pour que l'industrie mobile continue de connecter plus de personnes et réponde à une demande de données en augmentation rapide. En cette période sans précédent, nous appelons les gouvernements à travailler avec l'industrie mobile pour trouver des moyens de soutenir les efforts énormes visant à garder tout et tout le monde connecté en cette période de besoin croissant.