Les respirateurs pour les patients atteints de cas graves de COVID-19 sont en sous-nombre partout dans le monde.Le nouveau coronavirus a infecté plus d'un demi-million de personnes aux quatre coins du globe.Des entreprises comme Dyson et Ford Motor Company se sont engagées à répondre à la demande de respirateurs, en plus d'autres innovations.

Un masque de plongée révolutionnaire conçu pour une journée de plaisir à la plage est utilisé par les médecins italiens qui traitent les patients atteints de coronavirus. Et une entreprise d'aspirateurs a conçu un nouveau respirateur en 10 jours seulement.

Ce ne sont là que deux exemples d'innovations mises au point à une vitesse fulgurante, pour sauver des vies.

La COVID-19, la maladie respiratoire causée par le nouveau coronavirus, a déjà affecté plus d'un demi-million de personnes dans le monde. Dans les cas les plus graves, les poumons peuvent se remplir de liquide, ce qui signifie que les patients ont besoin de l'assistance mécanique d'un respirateur.

Les gouvernements et les autorités sanitaires du monde entier demandent aux entreprises de reconvertir leurs lignes de production et leurs chaînes d'approvisionnement pour tenter de combler l'énorme écart entre le nombre de respirateurs qui seront nécessaires et la quantité actuellement disponible.

L'UE a déclaré que la priorité principale à cet égard devrait être d’aider les fabricants actuels à augmenter leur production car d'autres solutions auront à surmonter des obstacles pour être considérées à l’échelle clinique.

Une production décuplée

James Dyson, dont la société est surtout connue pour ses aspirateurs et ses sèche-mains, a été appelé par le Premier ministre britannique Boris Johnson ; 10 jours plus tard, sa société avait conçu et mis au point le « CoVent »; qui sera prêt en avril.

Le milliardaire Dyson fera également don de 5 000 unités pour renforcer les efforts de lutte contre le virus au niveau international.

GE Healthcare s'est associé à Ford Motor Company pour augmenter sa production de respirateurs.

« Nous sommes portés par la rapidité avec laquelle les entreprises de tous les secteurs se sont mobilisées pour relever le défi croissant que nous pose collectivement la COVID-19 », a déclaré Kieran Murphy, président et directeur général de GE Healthcare.

Pendant ce temps, au Pays de Galles, un respirateur conçu par un consultant senior qui s’est servi de son expérience militaire est fabriqué par une société d'ingénierie à Ammanford.

Appelé respirateur d'urgence Covid, l'appareil a reçu le feu vert du gouvernement gallois et une centaine de ces machines devraient pouvoir être fabriquées par jour.

Un appareil respiratoire qui pourrait éviter aux patients des soins intensifs a également été développé au Royaume-Uni. Les ingénieurs de l'University College London ont collaboré avec Mercedes Formula One et le personnel médical de l'UCLH pour mettre au point une technologie qui fournit de l'oxygène aux poumons sans avoir besoin d'un respirateur.

Les appareils de ventilation en pression positive continue (CPAP en anglais) sont déjà utilisés dans les hôpitaux, mais ils sont rares. Si les tests sont concluants dans quatre hôpitaux de Londres, jusqu'à 1 000 machines pourraient être fabriquées par jour à partir de la semaine prochaine.

Un consortium travaille également au Royaume-Uni pour produire des respirateurs médicaux pour le NHS. Le VentilatorChallengeUK regroupe Airbus, BAE Systems, Ford et Siemens.

D'autres entreprises ont également augmenté leur production, y compris Philips et Medtronic.

L’innovation agile

Le détaillant sportif français Décathlon a mis au point le masque Easybreath pour pratiquer la plongée. Mais alors que la pandémie de coronavirus prenait de l'ampleur, un médecin italien a vu la possibilité de l'adapter pour une utilisation dans les services de soins intensifs faisant face à un nombre écrasant de patients.

Image : Decathlon

Le Dr Renato Favero a contacté la société italienne d'impression 3D Isinnova. Armés des fichiers de conception numérique fournis par Décathlon, ils ont pu accélérer la réalisation d'une valve imprimée en 3D, qui a permis de relier le masque à un respirateur traditionnel d’hôpital.

Le masque de plongée modifié Decathlon Easybreath est utilisé pour traiter des centaines de patients atteints de coronavirus.
Le masque de plongée modifié Decathlon Easybreath est utilisé pour traiter des centaines de patients atteints de coronavirus.
Image : REUTERS/Benoit Tessier

On rapporte que 500 patients sont maintenant traités avec ce masque transformé. Cette vidéo montre comment le masque a été détourné, passant d'une pièce d'équipement de loisir à un dispositif médical capable de sauver des vies.

Protection de première ligne pour les travailleurs de la santé

Les équipements de protection individuelle pour les travailleurs de la santé de première ligne font également défaut. Les stocks de masques de type N95 avec filtres antimicrobiens posent un problème particulier.

Le président de l'hôpital général du Massachusetts a déclaré à NBC News qu’envoyer des médecins dans les hôpitaux sans ces masques reviendrait à envoyer des soldats dans des zones de guerre sans casque et sans gilet pare-balles.

Copper 3D, une entreprise technologique spécialisée dans les équipements antimicrobiens basée aux États-Unis et à Santiago du Chili a publié des fichiers d'impression en 3D pour permettre à n’importe quelle personne possédant une imprimante de fabriquer son masque NanoHack, conçu pour filtrer les particules qui pourraient être porteuses du virus.

L'entreprise tient à souligner qu'il s'agit vraiment d'un kit de dernier recours. Il n'a pas été soumis aux procédures de test détaillées normalement requises pour les nouveaux équipements médicaux et n'a pas été testé contre le nouveau coronavirus. Mais, quand les réserves de masques ordinaires seront épuisées, si elles le sont, ce sera mieux que rien.

Le plus grand défi

Les petits innovateurs s’empressent de chercher des solutions rapides mais ils ne pourront jamais répondre aux énormes besoins des systèmes de santé mondiaux. L'ampleur de ce défi est véritablement écrasante.

Rien qu'aux États-Unis, la Society of Critical Care Medicine a prévu que 960 000 personnes infectées par le coronavirus pourraient avoir besoin d’être mises sous respirateur pendant leur traitement. Le nombre de respirateurs actuellement disponibles est estimé à environ 200 000.

Tandis que la pandémie de coronavirus fait le tour du monde, sauver des vies va devenir beaucoup plus difficile pour le personnel de première ligne, en raison de la pénurie critique d'équipements vitaux. Les solutions de contournement mises en place par les innovateurs pourraient permettre la survie de certains patients, qui sans cela seraient décédés.