• Nous devons tous intensifier nos efforts pour relever les défis posés par la COVID-19.
  • Nous devons nous unir avec compassion et humilité.
  • Nous pourrons mieux reconstruire en veillant à ce que les mesures de relance à long terme augmentent la résilience et s'attaquent à la menace du changement climatique.

La pandémie de COVID-19 est une urgence mondiale, qui cause des ravages pour des millions de personnes dans le monde, affecte des vies et des emplois, et immobilise une grande partie de l'économie mondiale. C'est une crise qui a montré notre vulnérabilité et confirmé notre sous-estimation de la probabilité et de la nature exponentielle de risques systémiques. Elle nous pousse à tous nous unir avec compassion et humilité.

Le virus ne tient pas compte des frontières. Il affecte les familles, les entreprises, les villes, les pays et les économies du monde entier. Les efforts d'urgence à court terme se concentrent à juste titre sur la gestion des impacts immédiats et la prévention des pires scénarios. Nous voyons des exemples inspirants de gouvernements et d'entreprises prenant des mesures extraordinaires pour ralentir la propagation de la maladie, protéger la santé et la sécurité des personnes et des communautés, soutenir les travailleurs, aider les entreprises à survivre aux turbulences et s'efforcer de garantir la disponibilité des biens et services essentiels.

Que fait le Forum Économique Mondial à propos de l'épidémie coronavirus?

Une nouvelle souche de coronavirus, le COVID 19, se répand dans le monde, provoquant des décès et des perturbations majeures de l'économie mondiale.

Répondre à cette crise nécessite une coopération mondiale entre les gouvernements, les organisations internationales et le monde des affaires. C’est justement la mission du Forum Économique Mondial en tant qu'organisation internationale de coopération public-privé.

Le Forum Économique Mondial, en tant que partenaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a lancé la plate-forme d'action COVID. Cette plate-forme vise à favoriser la contribution du secteur privé à la stratégie mondiale de santé publique relative au COVID-19, et à le faire à l'échelle et à la vitesse requises pour protéger des vies et des moyens de subsistance ; ceci afin de trouver des moyens d'aider à mettre fin à l'urgence mondiale le plus tôt possible.

En tant qu'organisation, le Forum a déjà prouvé qu'il pouvait aider à faire face à une épidémie. En 2017, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a été lancée à l’occasion de notre réunion annuelle. Elle a rassemblé des experts du gouvernement, des entreprises, de la santé, du monde universitaire et de la société civile pour accélérer le développement de vaccins. La CEPI soutient actuellement la course au développement d'un vaccin contre cette souche de coronavirus.

Alors que les efforts immédiats de réponse à la crise passent, dans certains pays, par des mesures de relance économique, la priorité sera de reconstruire l’économie et de décider d'une nouvelle voie à suivre. C'est à ce stade que nous avons besoin d'un leadership audacieux.

Alors que les gouvernements élaborent des plans de relance économique à plus long terme pour lutter contre la crise, ils doivent les concevoir autour du principe de base de la construction d'une économie plus forte, qui assure la santé et le bien-être à long terme des citoyens, la création d'emplois, la lutte contre le changement climatique une fois pour toutes, et la construction d’une société plus résiliente et inclusive.

Nous ne pouvons pas revenir au statu quo et nous enfermer dans de vieilles habitudes, la pollution, les dépenses et les infrastructures, qui infligeront encore plus de dommages aux personnes, aux communautés et aux économies que ces plans de relance cherchent à soutenir.

Image : BBC/Bloomberg

Les données scientifiques sont claires : le changement climatique est une menace actuelle pour la vie humaine, la santé et l'économie. Les décisions que les gouvernements prennent maintenant imposeront la direction stratégique des entreprises et des économies pour les années à venir. Associer action de relance économique et action climatique à ce moment critique garantira que les économies pourront redevenir plus fortes qu’auparavant, tout en réduisant simultanément les émissions.

We Mean Business a demandé que les mesures de relance économique à plus long terme soient examinées en tenant compte du climat et de la résilience afin de garantir que les dépenses et les politiques gouvernementales accélèrent la transition vers une économie zéro carbone. L'accent devrait être mis sur les mesures qui contribuent à réduire les émissions, à garantir un air pur et à créer de bons emplois, ainsi qu'à sauvegarder la croissance économique.

Ces plans de relance devraient encourager le déploiement rapide des solutions climatiques existantes et stimuler le développement et la démonstration de technologies zéro carbone pour accélérer la croissance d'une économie à « zéro émissions nettes » résiliente et inclusive d'ici 2050 au plus tard. Le moment est venu pour les gouvernements de fournir aux entreprises la clarté et la confiance dont elles ont besoin pour débloquer de nouveaux investissements dans les solutions climatiques.

Image : World Economic Forum Global Risks Report 2020

Il faudrait non seulement tenir compte du climat et de la résilience lors de la conception de plans de relance à l'échelle de l'économie, mais également lors des décisions propres au soutien financier public aux entreprises. Les entreprises bénéficiant d'une aide financière publique à long terme devraient être tenues d'effectuer les trois actions suivantes.

Premièrement, elles devraient intégrer le risque dans les informations qu’elles divulguent et, dans le cas du climat, le faire conformément aux recommandations du Groupe de travail sur les informations financières liées au climat (Taskforce on Climate-related Financial Disclosures – TCFD). Une évaluation cohérente des risques dans les investissements et la stratégie de l'entreprise garantira que les décisions d'investissement futures atténueront le changement climatique, éviteront les actifs bloqués et empêcheront les risques futurs. Comprendre les risques et les gérer est le meilleur moyen de bâtir des entreprises et des économies plus résilientes.

Deuxièmement, elles devraient élaborer des approches scientifiques pour éclairer la stratégie de l'entreprise.

Les entreprises devraient fixer des objectifs basés sur des données scientifiques, qui coïncident avec les deux objectifs suivants : limiter l'augmentation de la température moyenne mondiale à 1,5 °C et atteindre « zéro émissions nettes » d'ici 2050 au plus tard. Comprendre et intégrer les données scientifiques dans la prise de décision est le meilleur moyen de se protéger contre les chocs futurs et de s'assurer que les entreprises se reconstruisent de manière pérenne et œuvrent pour les personnes et la planète.

Troisièmement, elles devraient investir dans des solutions bas carbone qui créent de nouveaux emplois. Les entreprises devraient prioriser les investissements dans les technologies, les produits et les services qui créent plus d'emplois et réduisent les émissions. Par exemple, des investissements dans la rénovation de bâtiments, dans les énergies renouvelables et dans la réalisation d'une production de masse et d'économies d'échelle dans les technologies qui peuvent décarboniser les industries lourdes.

Les entreprises et le gouvernement peuvent et doivent travailler ensemble en cette période extrêmement difficile pour jeter les bases d'une meilleure reconstruction. Des politiques gouvernementales concrètes envoyant un signal clair aux entreprises nous aideront à nous remettre de cette crise dévastatrice d'une manière qui offre un avenir sain à tous, grâce à une plus grande résilience et un chemin clair vers un avenir zéro carbone.