Malgré les progrès et les bonnes intentions, l’égalité femmes-hommes dans le monde du travail est encore loin d’être atteinte. Selon le rapport Mercer 2020 de l’enquête mondiale “When Women Thrive”, la grande majorité des entreprises du monde entier affirme avoir conscience de l’importance d’améliorer la diversité et l’inclusion, mais moins de la moitié ont formalisé un plan stratégique pour atteindre l’égalité.

Si la prise de conscience est lente, mais sûre, le lancement des initiatives est bien plus délicat. Seulement 40% de la main-d’œuvre mondiale est féminine, soit une légère augmentation par rapport aux 38% constatés il y a quatre ans. En outre, si la représentation des femmes dans les postes de direction augmente, elle diminue à mesure que l’on monte dans la hiérarchie. L’étude “When Women Thrive” révèle que 47% des non-cadres et 42% des cadres débutants sont des femmes, mais elles n’occupent respectivement que 29% et 23% des postes de direction et de cadres dirigeants. « L’égalité femmes-hommes est devenue mondialement une nécessité impérieuse, et les entreprises prennent des mesures pour traiter le sujet », explique Martine Ferland, CEO de Mercer. « Cependant, comme les femmes restent sous-représentées dans les postes de directions et continuent de moins bénéficier d’opportunité d’évolution de carrière et d’avancement quel que soit le secteur ou le pays, il reste encore beaucoup à faire pour atteindre cette égalité. »

Appuyer le leadership féminin

Malgré une transformation lente et disparate, la dynamique est positive et les progrès réalisés auront un impact durable. Par exemple, les taux de recrutement, de promotion et de rétention des femmes sont désormais comparables à ceux des hommes, nette amélioration par rapport à 2016. De plus, les entreprises adoptent des méthodes plus rigoureuses pour analyser l’égalité salariale et mesurent les résultats de leurs politiques. L’étude de Mercer révèle que près des trois quarts (72%) des organisations ont des équipes dédiées aux analyses d’égalité salariale, contre 45% il y a 4 ans, et que plus de la moitié (56%) utilise une approche statistique robuste pour évaluer l’égalité salariale au sein de leurs entreprises. Un autre point positif de la promotion de la parité femmes-hommes en entreprise est l’implication des dirigeants. Les deux tiers (66%) des organisations indiquent que les cadres dirigeants sont activement engagés dans des initiatives et des programmes de diversité et d’inclusion, contre 57% en 2016, et plus de la moitié (57%) pour les conseils d’administration, contre 52% en 2016. « Petit à petit, les entreprises font évoluer leurs organisations en soutenant la promotion des femmes et leur accès aux plus hauts niveaux », affirme Franck Juvin, Leader Diversité et Inclusion chez Mercer France. « Les entreprises qui encouragent la diversité et créent une culture plus inclusive favorisent une performance plus élevée et durable et en tireront un avantage concurrentiel. »

Une transformation qui sera favorisée par l’inclusion

Globalement, les entreprises sont optimistes quant à leur capacité à recruter, promouvoir et retenir les femmes mais seulement la moitié dispose d’équipes exclusivement dédiées aux sujets de diversité et d’inclusion. La représentativité femmes-hommes n’est suivie que par 64% des entreprises dans le monde entier et encore moins en font l’analyse sous l’angle des recrutements, des promotions et des départs. « Si la parité est un bel objectif, elle ne permet pas à elle seule de garantir l’égalité femmes-hommes. Nous devons aussi parvenir à l’égalité des chances, des rémunérations et des perspectives de carrière », poursuit Franck Juvin. « Pour réussir leur transformation, les organisations doivent prendre des décisions fondées sur les données, fixer des objectifs mesurables, engager tous les salariés et en particulier les hommes, et favoriser l’émergence d’une culture inclusive valorisant la diversité. »

Le rapport 2020 de l’enquête “When Women Thrive” est le plus complet en matière d’égalité femmes-hommes. Il présente le point de vue de dirigeants d’entreprises et des ressources humaines de 1 157 entreprises implantées dans 54 pays et sur six continents, représentant sept millions de salariés. L’étude aborde les politiques et les pratiques liées à la diversité, à l’inclusion et à l’égalité des sexes, y compris les questions relatives à la responsabilité des entreprises, à l’engagement des dirigeants, à l’égalité salariale, à la gestion de carrière, à la santé, au bien-être physique et financier.