• La crise du coronavirus nous offre l'occasion de remodeler nos économies et de mettre en œuvre le capitalisme des parties prenantes.
  • Le Forum approuve six principes des parties prenantes pour l'ère COVID.
  • Les gouvernements ont le "dessus" et peuvent prendre l'initiative de réformer le capitalisme.


La pandémie COVID-19 n'est pas seulement une crise de santé publique qui coûte des vies et pousse les systèmes de santé nationaux au bord du gouffre à travers le monde. C'est aussi une crise économique, qui pourrait annoncer une récession bien plus profonde et plus longue que la Grande Récession de 2007-2009.

Mais le bouleversement économique offre également une rare occasion de restructurer les économies et de réformer le capitalisme pour le faire fonctionner au profit d'une plus grande partie de la société.

Tel est le message de Mariana Mazzucato, économiste et professeur à l'University College London, lors du dernier Conseil international des médias du Forum, qui s'est penché sur les retombées de COVID-19.

"Ce qui est intéressant dans cette crise, c'est qu'elle a vraiment révélé tant de problèmes que nous avons dans notre façon actuelle de faire du capitalisme. Il y a différentes façons de faire du capitalisme", a déclaré Mazzucato.

Lors de la réunion annuelle du Forum 2020 à Davos au début de l'année, "tout le monde a parlé de la mission et des acteurs du capitalisme"", a-t-elle ajouté. "Si nous sommes sérieux à ce sujet, assurons-nous de mettre l'accent sur le capitalisme des parties prenantes, la création de valeur collective, dans la façon dont nous structurons les détails de choses comme les renflouements", a-t-elle soutenu, en faisant référence aux récents plans de sauvetage financier du gouvernement en réponse à COVID-19.

Que fait le Forum Économique Mondial à propos de l'épidémie coronavirus?

Une nouvelle souche de coronavirus, le COVID 19, se répand dans le monde, provoquant des décès et des perturbations majeures de l'économie mondiale.

Répondre à cette crise nécessite une coopération mondiale entre les gouvernements, les organisations internationales et le monde des affaires. C’est justement la mission du Forum Économique Mondial en tant qu'organisation internationale de coopération public-privé.

Le Forum Économique Mondial, en tant que partenaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a lancé la plate-forme d'action COVID. Cette plate-forme vise à favoriser la contribution du secteur privé à la stratégie mondiale de santé publique relative au COVID-19, et à le faire à l'échelle et à la vitesse requises pour protéger des vies et des moyens de subsistance ; ceci afin de trouver des moyens d'aider à mettre fin à l'urgence mondiale le plus tôt possible.

En tant qu'organisation, le Forum a déjà prouvé qu'il pouvait aider à faire face à une épidémie. En 2017, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a été lancée à l’occasion de notre réunion annuelle. Elle a rassemblé des experts du gouvernement, des entreprises, de la santé, du monde universitaire et de la société civile pour accélérer le développement de vaccins. La CEPI soutient actuellement la course au développement d'un vaccin contre cette souche de coronavirus.

L'année dernière, Davos s'est réuni sous le thème "Les parties prenantes pour un monde cohésif et durable", en mettant l'accent sur la manière d'établir un modèle de capitalisme des parties prenantes qui puisse répondre aux défis mondiaux tels que les divisions sociétales créées par l'inégalité des revenus et la crise climatique.

"L'objectif d'une entreprise est d'engager toutes ses parties prenantes dans une création de valeur partagée et durable. En créant une telle valeur, une entreprise sert non seulement ses actionnaires, mais aussi toutes ses parties prenantes - employés, clients, fournisseurs, communautés locales et la société dans son ensemble", a écrit le président exécutif du Forum, Klaus Schwab, dans le Manifeste de Davos 2020.

S'appuyant sur cette philosophie dans le contexte de la crise actuelle du coronavirus, le Forum Économique Mondial - par le biais de sa plateforme d'action COVID - s'est joint aux membres de la communauté des entreprises le 1er avril pour approuver six principes de parties prenantes pour l'ère COVID :

  • Assurer la sécurité des employés.
  • Assurer la continuité de l'activité partagée avec les fournisseurs et les clients.
  • Garantir des prix équitables pour les fournitures essentielles aux consommateurs finaux.
  • Offrir un soutien total aux gouvernements et à la société.
  • Maintenir la viabilité à long terme des entreprises pour les actionnaires.
  • Poursuivre les efforts de durabilité, notamment pour lutter contre le changement climatique.

Parallèlement, les décideurs politiques et les gouvernements nationaux ont également un rôle essentiel à jouer pour faciliter le développement du capitalisme des parties prenantes.

"Le moment actuel est très particulier, et je recommande aux gouvernements d'avoir, pour une fois, le dessus" pour aider à garantir un changement fondamental du système, a déclaré Mazzucato.

Elle a néanmoins averti qu'"il est très important de ne pas confondre un grand gouvernement avec un gouvernement intelligent".

"Nous n'avons pas seulement besoin d'argent pour alimenter le système, nous avons aussi besoin d'institutions publiques intelligentes pour le gérer... un État intelligent pour travailler intelligemment avec des entreprises intelligentes afin d'apporter des solutions vraiment importantes aux problèmes publics comme celui-ci", a soutenu Mme Mazzucato.