• La crise COVID-19 illustre le besoin d'innovation au sein des entreprises par les « intrapreneurs sociaux ».
  • Un nouveau rapport rédigé par la Fondation Schwab pour l'entrepreneuriat social, Yunus Social Business et Porticus présente les bonnes pratiques de ces employés qui travaillent sur la résolution de problèmes environnementaux ou sociaux.
  • Au-delà de proposer des avantages sociétaux, l'intrapreneuriat social d'entreprise motive les employés, augmente l'innovation et incite à la transformation de l'entreprise.

Notre système économique se trouve à un carrefour. Non seulement nous subissons la pandémie de COVID-19, l'événement le plus marquant d'une génération, mais en plus, les effets croissants du changement climatique et des inégalités sociales sont toujours là.

La 50ème réunion annuelle du Forum Économique Mondial tenue plus tôt cette année a mis l'accent sur le capitalisme des parties prenantes, un concept selon lequel les entreprises devraient servir les intérêts de toute la société plutôt que de leurs seuls actionnaires. Aujourd'hui, ceci est plus important que jamais. Mais pour que les entreprises incarnent pleinement cela, elles doivent mobiliser leurs principales capacités et ressources. Nous pensons qu'un moyen concret de faire du capitalisme des parties prenantes une réalité repose sur l'intrapreneuriat social des entreprises.

Que fait le Forum Économique Mondial à propos de l'épidémie coronavirus?

Une nouvelle souche de coronavirus, le COVID 19, se répand dans le monde, provoquant des décès et des perturbations majeures de l'économie mondiale.

Répondre à cette crise nécessite une coopération mondiale entre les gouvernements, les organisations internationales et le monde des affaires. C’est justement la mission du Forum Économique Mondial en tant qu'organisation internationale de coopération public-privé.

Le Forum Économique Mondial, en tant que partenaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a lancé la plate-forme d'action COVID. Cette plate-forme vise à favoriser la contribution du secteur privé à la stratégie mondiale de santé publique relative au COVID-19, et à le faire à l'échelle et à la vitesse requises pour protéger des vies et des moyens de subsistance ; ceci afin de trouver des moyens d'aider à mettre fin à l'urgence mondiale le plus tôt possible.

En tant qu'organisation, le Forum a déjà prouvé qu'il pouvait aider à faire face à une épidémie. En 2017, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a été lancée à l’occasion de notre réunion annuelle. Elle a rassemblé des experts du gouvernement, des entreprises, de la santé, du monde universitaire et de la société civile pour accélérer le développement de vaccins. La CEPI soutient actuellement la course au développement d'un vaccin contre cette souche de coronavirus.

Les intrapreneurs sociaux sont une race d'entrepreneurs qui travaillent comme employés au sein d’entreprises pour développer des solutions commerciales aux problèmes sociaux ou environnementaux. La Fondation Schwab pour l'entrepreneuriat social, Yunus Social Business et Porticus ont décidé de mettre davantage en lumière le phénomène naissant de l'intrapreneuriat social des entreprises dans le nouveau rapport « Business as Unusual: How Social Intrapreneurs Can Turn Companies into a Force for Good. »

Le rapport, qui a interrogé plus de 50 intrapreneurs sociaux à travers le monde, a récolté des données et analysé l’expérience des participants dans la création d'entreprises sociales et d'initiatives d'entreprises pour les soutenir. Il cartographie les obstacles auxquels sont confrontés les intrapreneurs sociaux et décrit les étapes à suivre, en particulier parce que les chefs d'entreprise se sentent tenus de réagir de manière constructive et durable face à la crise actuelle.

Quel pouvoir a l'intrapreneuriat social ?

Les intrapreneurs sociaux peuvent jouer un rôle important dans l'aide et la pérennité des communautés.

Par exemple, lancée par le groupe spécialiste des gaz industriels Air Liquide, Access Oxygen est une entreprise inclusive qui fournit de l'oxygène médical à des centres de santé au Sénégal, en créant des « Maisons Oxygène », des initiatives gérées par des micro-entrepreneurs locaux et proposant produits, maintenance, formations et outils numériques.

Ou prenez Arogya Parivar de Novartis, qui vend des médicaments abordables aux communautés rurales en Inde par le biais du personnel de vente local. L'initiative a touché 40 millions de personnes grâce à des séances d'éducation sanitaire, a fourni des revenus à plus de 500 travailleurs communautaires et a traité et diagnostiqué plus de 3 millions de personnes.

Un autre exemple est celui d’AXA Emerging Customers, dirigé par la lauréate Schwab Garance Wattez-Richard, qui teste et met en œuvre de nouveaux régimes d'assurance pour les populations à faible revenu, qui ont souvent accès à l'assurance pour la première fois. Ce programme innovant se concentre sur les segments de clientèle mal desservis tels que les femmes, les agriculteurs ou les travailleurs migrants.

Comment devient-on un intrapreneur social ?

Le parcours d'un intrapreneur social d'entreprise se déroule en six étapes, selon le rapport.

Lancement : Les intrapreneurs sociaux qui réussissent sont au départ dotés d’une motivation intrinsèque, une ferme conviction qu’ils peuvent faire la différence. Qu'il s'agisse d'adapter rapidement leurs chaînes de valeur pour commencer à produire un désinfectant pour les mains ou des masques, ou de fournir des consultations en ligne ou des services d'enseignement, cela commence par un besoin de changement.

Intention stratégique : Parmi les intrapreneurs sociaux qui ont obtenu l'aval d’un cadre dirigeant à n'importe quelle étape, 76 % l'ont décrit comme un facteur clé de réussite de leur initiative.

Développement de l’idée : Trente pour cent des intrapreneurs sociaux trouvent difficile de développer une bonne compréhension de leurs groupes cibles lorsqu'ils sont nouveaux pour eux. Des techniques telles que la découverte des bénéficiaires, la recherche sur le terrain ou les partenariats avec des entrepreneurs sociaux ou des ONG possédant des connaissances locales peuvent aider à surmonter cet obstacle.

Essai : Le pilotage et l'itération sont un facteur clé de succès, avec idéalement une approche Lean, selon 32 % des répondants.

Mise en œuvre : Plus de la moitié, 55 %, des intrapreneurs ont eu des difficultés à être soutenus en interne au-delà du conseil d'administration et de la mobilisation des ressources. Parallèlement, 45 % ont réussi à sortir leurs initiatives du statu quo (par exemple, cycles de budgétisation et mesures financières à court terme), en créant des unités commerciales distinctes ou même des entités juridiques.

Mise à l'échelle : L'évolutivité est d'une importance vitale pour les entreprises sociales à faibles marges. Mesurer et évaluer l'impact généré est essentiel pour évaluer pleinement les avantages pour l'entreprise et la société.

Pourquoi une entreprise devrait-elle s'impliquer ?

Les avantages de l'intrapreneuriat social ne profitent pas seulement à la société dans son ensemble et montrent l'implication des entreprises dans le bien social. Ces cinq découvertes essentielles font preuve de la valeur de l'intrapreneuriat social :

● Améliore l'engagement des employés, la satisfaction au travail, les compétences des employés ou l'attraction de talents (77 %)

● Conduit à des changements de mentalité, un changement de culture ou même un début de transformation de l'entreprise (61 %)

● Stimule l'innovation commerciale (50 %)

● Atteint de nouveaux marchés ou de nouveaux clients (39 %)

● Améliore l’image de marque de l'entreprise (32 %)

L'une de nos constatations les plus surprenantes est que les obstacles les plus importants auxquels est confrontée une initiative sociale se trouvent en interne, 84 % des personnes interrogées déclarant que les obstacles internes étaient plus difficiles que les externes. Un participant à l'étude a résumé ce constat ainsi : « le système immunitaire de l'entreprise attaque tout ce qui ne ressemble pas à la maximisation du profit ». Cela signifie, par exemple, que les intrapreneurs sociaux pourraient avoir plus de mal à obtenir l'approbation interne et les ressources nécessaires que pour d'autres tâches telles que la livraison de médicaments ou d'eau potable en Afrique rurale.

Les PDG qui ne profitent pas de l'intrapreneuriat social laissent passer d'énormes opportunités. Nous avons constaté que l'intrapreneuriat social avait le pouvoir de changer radicalement l'ADN de l'entreprise, avec 24 % déclarant voir leur initiative comme un catalyseur de transformation de l'entreprise.

Alors que nous nous débattons avec l'impact logistique et médical immédiat de la crise COVID-19, une question plus importante sur l’objectif d'une entreprise s’impose à nous. La voie du changement ne sera pas facile, mais nous avons l'occasion de montrer comment les grandes entreprises peuvent travailler pour les sociétés qu'elles servent. Seules les entreprises les plus tournées vers l'avenir et désireuses d'innover et de s'adapter survivront. Un regard interne sur le pouvoir des intrapreneurs sociaux peut favoriser cette transformation rapide.