Face à la crise sanitaire du coronavirus et aux mesures déployées pour soutenir l'économie, la dette publique de nombreux pays est amenée à exploser et plusieurs solutions sont à l'étude pour rendre la hausse de l'endettement soutenable après l'épidémie. En France, l'endettement approchait déjà le seuil symbolique de 100 % du PIB en 2018 et le gouvernement a récemment annoncé qu'il prévoyait un creusement de la dette à 115 % du PIB en 2020.

Comme le montre notre infographie basée sur les données du FMI, plusieurs économies parmi les plus développées présentent un ratio de dette publique égal ou supérieur à 100 % du PIB. Le Japon, pourtant synonyme de prospérité et d'avancées technologiques, est par exemple le pays le plus endetté au monde avec une dette publique de l'ordre de 237 % de son produit intérieur brut en 2018. D'autres États, parmi les plus touchés par le coronavirus, présentaient eux aussi des niveaux d'endettement élevés avant la crise. C'est notamment le cas de l'Italie (136 % du PIB) ou encore des États-Unis (107 %). Si l'Espagne et le Royaume-Uni maintenaient une dette publique légèrement inférieure à 100 % du PIB en 2018 (respectivement 97 % et 87 %), ces deux pays ont toutefois observé parmi les plus fortes hausses d'endettement en Europe depuis la crise financière de 2008.