Alors que le monde est aux prises avec les implications sans précédent de la pandémie de coronavirus COVID-19, "nous sommes confrontés à une crise humaine sans précédent" et notre "tissu et notre cohésion sociale sont mis à rude épreuve".

Telle est l'évaluation faite par la vice-secrétaire générale des Nations unies, Amina J. Mohammed, lors d'une réunion numérique de la plateforme d'action COVID du Forum le 8 avril.

Que fait le Forum Économique Mondial à propos de l'épidémie coronavirus?

Une nouvelle souche de coronavirus, le COVID 19, se répand dans le monde, provoquant des décès et des perturbations majeures de l'économie mondiale.

Répondre à cette crise nécessite une coopération mondiale entre les gouvernements, les organisations internationales et le monde des affaires. C’est justement la mission du Forum Économique Mondial en tant qu'organisation internationale de coopération public-privé.

Le Forum Économique Mondial, en tant que partenaire de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a lancé la plate-forme d'action COVID. Cette plate-forme vise à favoriser la contribution du secteur privé à la stratégie mondiale de santé publique relative au COVID-19, et à le faire à l'échelle et à la vitesse requises pour protéger des vies et des moyens de subsistance ; ceci afin de trouver des moyens d'aider à mettre fin à l'urgence mondiale le plus tôt possible.

En tant qu'organisation, le Forum a déjà prouvé qu'il pouvait aider à faire face à une épidémie. En 2017, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a été lancée à l’occasion de notre réunion annuelle. Elle a rassemblé des experts du gouvernement, des entreprises, de la santé, du monde universitaire et de la société civile pour accélérer le développement de vaccins. La CEPI soutient actuellement la course au développement d'un vaccin contre cette souche de coronavirus.

Lancée le mois dernier, la plateforme vise à réunir le monde des affaires pour une action collective afin de protéger les moyens de subsistance des populations, de faciliter la continuité des activités et de mobiliser le soutien à la réponse mondiale au virus. À ce jour, plus de 1 300 entreprises, organisations et particuliers ont rejoint la plateforme.

Outre la secrétaire général adjoint Mohammed, les participants à la réunion numérique de cette semaine comprenaient Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne et membre du conseil d'administration du Forum ; Jeremy Farrar, directeur du Wellcome Trust ; Brian Moynihan, PDG de Bank of America et président du Conseil international des entreprises du Forum économique mondial ; et André Hoffmann, vice-président de Roche et membre du conseil d'administration du Forum.

Voici quelques-unes des principales citations tirées de l'appel :

Sur l'impact économique de la crise :

"Nous sommes passés à une récession qui sera pire que celle que nous avons connue en 2008", a déclaré M. Mohammed.

"Étant donné la nature de la crise, toutes les mains doivent être sur le pont, tous les outils disponibles doivent être utilisés", a déclaré Mme Lagarde. "Nous apportons notre soutien, de la manière la plus attrayante possible, afin que, du ménage au grand compte, tous les acteurs économiques puissent accéder au financement par l'intermédiaire de leurs banques", a-t-elle ajouté.

Mme Moynihan a fait remarquer : À la suite des actions des banques centrales dans le monde entier, les marchés ont été "inondés de liquidités qui ont pu stabiliser les marchés dans une certaine mesure dans tous les domaines".

Le coronavirus a un impact sur les taux d'intérêt
Le coronavirus a un impact sur les taux d'intérêt
Image : Forum Économique Mondial

Sur le rôle des entreprises :

"La première chose à faire est de se concentrer sur les employés et les clients", a déclaré Mme Moynihan sur la manière dont les entreprises devraient fixer des priorités et gérer la crise actuelle. Lorsqu'il s'agit de prendre soin des employés, a-t-il ajouté, les objectifs devraient être : "les garder en bonne santé, les garder employés et les garder en bonne santé mentale".

Les demandes d'allocations de chômage ont atteint des niveaux sans précédent.
Les demandes d'allocations de chômage ont atteint des niveaux sans précédent.
Image : Reuters


Mme Moynihan a également encouragé les entreprises de toutes tailles à adopter les principes des parties prenantes approuvés par le Forum économique mondial et les entreprises le 1er avril : assurer la sécurité des employés ; garantir une continuité commerciale partagée avec les fournisseurs et les clients ; garantir des prix équitables pour les fournitures essentielles aux consommateurs finaux ; offrir un soutien total aux gouvernements et à la société ; maintenir la viabilité à long terme des entreprises pour les actionnaires ; et poursuivre les efforts de durabilité, notamment pour lutter contre le changement climatique.

Amina Mohammed, pour sa part, a déclaré que les entreprises devraient se concentrer sur "l'augmentation de la production, en s'assurant que les chaînes d'approvisionnement sont vivantes et fiables", en retenant la main-d'œuvre et en faisant participer les jeunes.

Sur la nécessité de trouver un vaccin :

"Cette infection ne va pas disparaître... sans que la science nous conduise à des vaccins, nous en aurons une deuxième et une troisième vague", a déclaré M. Farrar à propos des dommages destructeurs à long terme que le coronavirus pourrait causer sur le globe.

"Si nous ne produisons pas de médicaments et de vaccins, nous n'aurons pas de stratégie de sortie", a-t-il ajouté.

De même, M. Hoffmann a déclaré : "Il n'y a pas de solution à cette crise sans un vaccin qui fonctionne correctement".