Alors que la France est pleinement mobilisée pour soutenir les entreprises en difficulté et empêcher les faillites, l’ampleur inédite de la crise sanitaire menace la sérénité des Français qui s’inquiètent de ses conséquences tant sur l’avenir économique du pays que sur leur précarité. Des inquiétudes qui ne font pas perdre de vue les enjeux environnementaux.

Comme le dévoile l’étude réalisée par l’institut OpinionWay pour l’acteur majeur de la transition énergétique VosTravauxEco, la prise de conscience de l’état d’urgence économique et sanitaire ne supplante pas celle de l’urgence écologique et climatique.

Une urgence économique ressentie par tous…

Inquiets d’une possible flambée des prix des produits de consommation courante (85%) et pour leur pouvoir d’achat en général (77%), une grande majorité de Français craint également d’être mis à contribution via une hausse de la fiscalité et des impôts (83%) pour compenser les plans de relance annoncés par le gouvernement. Une crainte de l’impact de la crise sur leur portefeuille exacerbée par certaines appréhensions à assurer le quotidien : plus de 8 Français sur 10 se disent préoccupés par la capacité de l’économie française et des entreprises à rebondir et plus d’1 Français sur 2 pour la pérennité de son emploi. Alors que la violence de la crise a favorisé une large prise de conscience du rôle central des entreprises dans la société et de leur vulnérabilité dans un contexte incertain, 3 Français sur 5 se déclarent prêts à faire des sacrifices que ce soit en termes de réduction de salaires, de congés payés ou d’allongement de temps de travail, afin de soutenir leur entreprise et sécuriser durablement leur poste.

… et qui exacerbe la prise de conscience des enjeux environnementaux

« Opposer écologie et économie est totalement dépassé », a déclaré ce mardi 12 mai la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne, alors que le ministre de l’Économie Bruno Le Maire appelait il y a quelques jours à « une relance verte » face à la pandémie de Covid-19, préconisant « d’accélérer la transition écologique pour faire de notre économie la première économie décarbonée de la planète ».

Pourtant, préoccupés par leur avenir économique et par les finances publiques dans ce contexte particulier, près de 7 Français sur 10 s’inquiètent de la capacité de l’Etat à poursuivre son action en faveur de la transition écologique, exprimant par ailleurs de réelles incertitudes quant à sa capacité à maintenir les différentes aides à la rénovation énergétique (68%). Conséquence : alors que la rénovation énergétique est un pilier de la transition écologique, 4 Français sur 10 craignent de ne pas pouvoir concrétiser leurs projets en la matière. Une forte mobilisation qui s’explique notamment par le fait qu’ils désignent des facteurs environnementaux comme grands responsables de la propagation du virus, avec en tête de peloton la circulation intense des personnes et des marchandises au niveau mondial (91%), la surpopulation mondiale et l’hyper-concentration des agglomération (86%) et l’évolution de nos modes de vie (extension de l’habitat humain, élevage intensif, déforestation, artificialisation des sols). D’ailleurs, 76% des Français s’attendent à ce que nos sociétés tirent des leçons de la crise actuelle, afin de réduire notre vulnérabilité à l’égard des conditions biologiques, environnementales et sociales.

Une étude inquiétante qui selon Nicolas Moulin, fondateur de VosTravauxEco, révèle des enseignements forts. « Les Français sont unanimes sur la nécessité de faire repartir l’activité du pays et semblent même prêts à faire des sacrifices pour y parvenir. Cela démontre bien la prise de conscience de l’urgence économique. S’ils imputent la crise à des erreurs politiques, on observe une large prise de conscience des impacts du système économique globalisé sur les écosystèmes. Pour imaginer et construire ce monde d’après dont tout le monde parle, il est indispensable de poser les bons diagnostics ». Avant d’être une crise sanitaire, politique et économique, le Covid-19 trouve ses origines dans nos atteintes répétées à l’environnements. La crainte exprimée par les Français quant à la capacité de l’Etat à maintenir son soutien à la rénovation énergétique et à la transition écologique, témoigne des très fortes attentes sur le sujet. Pour Nicolas Moulin, « la crise actuelle est une caisse de résonnance des enjeux environnementaux à l’échelle mondiale. Les conditions psychologiques sont réunies pour accélérer le mouvement vers une économie plus respectueuse de l’environnement, mais c’est un vrai choix de société ».