• La corruption est un problème dans toutes les chaînes de valeur de la pêche.
  • Les conséquences sont généralisées et dépassent la seule illégalité.
  • Une approche structurée et politique est nécessaire pour résoudre ce problème.

Les produits de la pêche sont devenus un élément indispensable de nos assiettes. On estime qu'au cours des six dernières décennies, la consommation mondiale de poisson par habitant est passée de 9,9 kg à 19,2 kg.

La plupart des gens mangent du poisson pêché localement ; beaucoup mangent du poisson pêché dans une autre partie du monde. Le commerce mondial de ces produits a prospéré en conséquence, avec un taux de croissance annuel de 3,9 % en termes réels de 1976 à 2010. Le secteur fournit des revenus directs à environ 60 millions de personnes et indirects à 750 millions de personnes supplémentaires. Il joue également un rôle important dans la conservation et l'utilisation durable de l'océan et des autres ressources aquatiques.

Une gouvernance efficace du secteur de la pêche est donc cruciale pour le bien-être de nos océans, de nos fleuves et de nos chaînes alimentaires. Néanmoins, de nombreuses possibilités de corruption existent, ce qui fait du commerce et de la consommation de poisson une menace pour la durabilité ainsi qu'un générateur de pauvreté.

Trois éléments connus

Bien qu'il y ait eu des recherches et des actions sur la pêche illicite non déclarée et non réglementée (INN), on en sait beaucoup moins sur la corruption dans le secteur de la pêche. On peut cependant observer trois éléments clés. Premièrement, différents types de corruption se produisent à différents stades de la production de poisson, ou « tout au long de la chaîne de valeur », comme le montre le récent rapport de l’Office des Nations Unies contre les drogues et le crime (UNODC) : Poisson pourri :un guide pour lutter contre la corruption dans le secteur de la pêche.

Deuxièmement, les conséquences de la corruption dans le secteur de la pêche peuvent également être bien plus vastes et plus graves que la seule illégalité. De l’Afrique du Sud jusqu'aux îles du Pacifique, des preuves ont montré que la corruption a affaibli l'application des lois, entravé le respect des réglementations environnementales, alimenté les illégalités, sapé la bonne gouvernance et compromis la légitimité de la cogestion des pêches. Elle est également liée à la traite des êtres humains et à l'esclavage.

Troisièmement, la corruption obéit à des concepts fondamentalement différents, car elle se produit là où les activités illégales sont délibérément ignorées, voire encouragées et facilitées par des agents publics pour leurs propres avantages. Pourtant, qu'il s'agisse de pêche INN ou de corruption, un ensemble similaire de vulnérabilités structurelles existe, comme une surveillance et une application faibles ou la destitution des communautés de pêcheurs affectées par les restrictions de quotas et la baisse des stocks.

Pour mieux comprendre la corruption du secteur de la pêche, des chercheurs de la London School of Economics et de l'Université d'Adélaïde ont examiné la documentation universitaire existante, la couverture médiatique et les rapports d'organisations internationales qui ont signalé la corruption dans ce secteur. Nous avons analysé divers cas en explorant plusieurs types de corruption et différentes étapes du processus de production.

Les cas montrent invariablement que la corruption est loin d'être un concept monolithique qui se produit sous une seule forme ou à un seul moment. Au contraire, on constate des problèmes de corruption dans des domaines tels que l'octroi de licences, la négociation d'accords d'accès, l'application laxiste, l'extorsion, la corruption politique, le blanchiment d'argent et la manipulation fiscale, ainsi que la traite des êtres humains, pour n'en nommer que quelques-uns. Les activités de corruption ne se limitent pas à l'hémisphère sud ou aux pays en développement. La corruption liée à l’octroi de licences, la négociation d’accords d'accès, le blanchiment d'argent ou la fraude fiscale se produit dans les pays riches comme dans les pays pauvres. De plus, les activités dépassent le niveau local ou national ; elles se déploient à l’international. Grâce à une analyse minutieuse, les problèmes de corruption dans le secteur de la pêche peuvent donc être mieux identifiés.

La chaîne de valeur de la pêche est complexe et vulnérable à la corruption à chaque étape
Image : UNODC

Une nouvelle approche

La complexité de la corruption dans le secteur de la pêche met en évidence la nécessité d'une combinaison plus complète de mesures anti-corruption, qui vont au-delà des réglementations de base souvent mal appliquées. En effet, la plupart des pays ont signé la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC) et presque tous ont interdit la pêche illégale. Par conséquent, ce qui importe n'est pas la prolifération des lois ou des traités, mais un meilleur diagnostic des problèmes ainsi que l’application de ces lois.

Se concentrer exclusivement sur la lutte contre la criminalité et le renforcement de l'application des lois empêche de réfléchir à la manière de mettre en jeu d'autres facteurs et outils politiques. Par exemple, veiller à ce que les accords de licence soient rendus publics et à ce que les informations sur les prises soient affichées sur les portails gouvernementaux en ligne est une mesure importante pour améliorer la transparence et la responsabilisation. Le suivi de la provenance du poisson est important pour les acheteurs et, en bout de chaîne, pour les consommateurs. Souvent, les officiers sont mal payés et ne disposent pas des ressources suffisantes pour exercer leurs fonctions. Lorsque les employés corrompus locaux voient leurs supérieurs hiérarchiques participer à la corruption sans être punis, un sentiment d'injustice et de démoralisation prend le dessus.

Sans une approche structurée, la prévalence, la complexité et l'enracinement des actes de corruption dans le secteur de la pêche continueront de représenter un défi pour la réalisation des objectifs de développement durable sur les ressources, l'écologie et les moyens de subsistance liés à la pêche. À moins d'être traitée efficacement, la corruption pourrait avoir davantage d’impact et être amplifiée par d'autres problèmes tels que la surpêche et les risques environnementaux, comme le changement climatique et l'acidification des océans, auxquels le secteur est déjà confronté.

Alors que les décideurs du monde entier ont de plus en plus conscience de ce défi, il est grand temps de redoubler d'efforts pour concevoir un ensemble complet d'instruments politiques pertinents et calibrés, fondés sur une compréhension plus claire du phénomène. Cet ensemble ne devrait pas uniquement cibler les problèmes en surface, mais cibler les causes profondes de la corruption ancrées dans les cultures, les sociétés ou les pays.