Constituée de plus de 7,7 milliards d'êtres humains dont l'empreinte écologique est particulièrement visible et conséquente, l'humanité peut sembler occuper une place prépondérante sur notre planète. Pourtant, des scientifiques ont évalué que nous ne formons qu'une infime partie de la biomasse. Selon une étude publiée en 2018, l'humanité toute entière représenterait environ 0,06 gigatonnes de carbone, soit environ 0,01 % de toute la masse des organismes vivants sur Terre.

Le règne végétal est de loin celui qui pèse le plus dans la biomasse terrestre (près de 83 %), suivent ensuite les bactéries (et archéobactéries) avec une part estimée à 14 %, puis les mycètes (champignons) avec 2,2 %. L'ensemble des animaux ne représente au final qu'une toute petite part du vivant, soit seulement environ 0,37 % de la biomasse (en incluant les humains). Comme le montre notre infographie, même les virus pèsent plus lourd que l'humanité avec une part estimée à 0,04 %. Bien entendu, ce graphique compare des êtres vivants présentant des degrés de complexité, tailles, populations et fonctions bien différentes, mais il offre toutefois un autre regard sur la place occupée par l'Homme dans le monde du vivant.