On estime qu'un enfant sur six — soit 356 millions de personnes dans le monde — vivait dans l'extrême pauvreté avant la pandémie. Et cette situation devrait s'aggraver considérablement, selon une nouvelle analyse du Groupe de la Banque mondiale et de l'UNICEF.

Cette analyse (PDF en anglais) note que l'Afrique subsaharienne — où les filets de protection sociale sont limités — compte deux tiers des enfants vivant dans des ménages qui vivent avec 1,90 $ par jour ou moins par personne, soit sous le seuil international d'extrême pauvreté. Près d'un enfants extrêmement pauvre sur cinq dans le monde se trouve en Asie du Sud.

L'analyse montre que le nombre d'enfants vivant dans l'extrême pauvreté a diminué de 29 millions entre 2013 et 2017. Cependant, l'UNICEF et le Groupe de la Banque mondiale avertissent que la pauvreté des enfants s'est considérablement aggravée en 2020 en raison des effets économiques négatifs de la pandémie de COVID-19, ce qui rend plus crucial et urgent que jamais le soutien des gouvernements aux ménages pauvres ayant des enfants, et les efforts que doivent faire les pays pour reconstruire leur capital humain pendant la reprise.