L'essor rapide des services de streaming de vidéo à la demande transforme le marché mondial de l'audiovisuel. Non seulement Netflix, Amazon Prime Vidéo et d'autres plateformes en ligne détournent les téléspectateurs des chaînes de télévision traditionnelles, mais elles bouleversent également le statu quo sur le marché de la production de contenu cinématographique et télévisuel. Entre 2014 et 2017, la valeur des droits de distribution des films indépendants présentés au Sundance Film Festival avaient fortement augmenté, une croissance largement attribuée au fait que Netflix et Amazon avaient rejoint les enchères. Et ce ne sont pas seulement les droits de distribution que les géants de la vidéo à la demande engloutissent : ces entreprises signent également de gros contrats avec des producteurs, réalisateurs, scénaristes et acteurs de renom, afin de développer leurs vidéothèques de contenus originaux.

Selon une étude de Michael Nathanson, analyste média du cabinet MoffettNathanson, Disney est l'entreprise de média qui investi le plus pour ses contenus vidéos, avec des dépenses de programmation (hors sports) estimées à près de 19 milliards de dollars en 2019. Le géant emblématique du divertissement a lancé l'année dernière son propre service de streaming Disney+ et compte déjà plus de 73 millions d'abonnés payants dans 25 pays. Comcast (propriétaire de NBCUniversal) et AT&T (Warner Media) ont également dépassé le seuil des 10 milliards de dollars de dépenses en 2019, tandis que le budget pour les contenus de Netflix a quant à lui été estimé à un peu plus de 9 milliards de dollars.