Si le marché des voitures autonomes laisse entrevoir de belles promesses, l'ensemble des technologies censées permettre une conduite sans chauffeur est encore en cours de perfectionnement. Au cours des dernières années, les véhicules autonomes ont fait de gros progrès et sont testés un peu partout dans le monde, mais ils n'ont pas encore prouvé qu'ils étaient prêts à circuler sans une assistance humaine dans le cadre de services commerciaux.

Certains constructeurs mènent actuellement des tests sur un grand nombre de véhicules et semblent avoir pris de l'avance dans la course à la fiabilité des système de conduite. La Californie compte l'une des plus importantes flottes de voitures autonomes autorisées à circuler sur route et, chaque année, le Département des véhicules motorisés de l'État américain (DMC) publie les rapports statistiques des kilomètres parcourus et des incidents rencontrés pour chaque constructeur habilité.

D'après l'analyse des "désengagements", c'est à dire l'arrêt du pilote automatique suite à une défaillance, les véhicules autonomes du "Google chinois" Baidu et d'Alphabet (Waymo) sont ceux qui ont parcouru en moyenne les plus grandes distances sans intervention humaine en 2019 (respectivement 29 049 km et 21 275 km). Les voitures développées par Cruise (General Motors) complètent le podium, avec près de 20 000 km parcourus par désengagement. Les deux constructeurs américains sont ceux qui ont fait rouler les plus grandes flottes de véhicules l'année dernière : 148 pour Waymo et 228 pour Cruise. Si les entreprises chinoises sont bien représentées dans ce classement, leurs flottes sont en revanche plus modestes, de 4 véhicules pour Baidu à 22 pour Pony.AI.

Bien entendu, il faut aussi garder en tête que plusieurs facteurs peuvent influencer ces résultats, comme la complexité des itinéraires empruntés ou l'excès de prudence des assistants derrière le volant.