Selon l’étude Eurostat* sur la propriété en Europe, l’accession à l’immobilier résidentiel reste une valeur forte, voire culturelle avec des vraies disparités entre l’Europe du Nord, de l’Est et du Sud. Mais il est à noter qu’il n’y a pas de corrélation entre le nombre de propriétaires de leur logement et la richesse du pays. Décryptage.

En divisant l’Europe en trois zones, on estime le nombre moyen de propriétaires à un pourcentage de 87% en Europe de l’Est, 71 % en Europe du Sud et 60 % en Europe du Nord. Seuls deux pays sont en dessous du seuil de 60% de propriétaires : l’Allemagne (53%) et l’Autriche (57%). Un constat qui démontre l’absence totale de corrélation entre le nombre de propriétaires de leur logement et la richesse du pays. Une preuve éclatante en est apportée hors de l’Union européenne, par le cas de la Suisse qui, avec 44% de propriétaires, est loin derrière l’Allemagne, dernière du classement.

Beaucoup de propriétaires en Roumanie

La part très élevée de propriétaires en Europe de l’Est s’explique « par la vague de privatisations survenue après la chute de l’URSS, lorsque ces pays sont passés à l’économie de marché au début des années 1990. L’établissement de la propriété privée dans le parc de logements nationalisés sous le pouvoir précédent s’est fait à des prix très intéressants pour la population » selon le journaliste Tristan Guadiaut de Satista. La Roumanie détient le record de ménages propriétaires en Europe, avec une proportion égale à 96 % !

En Europe du Sud propriété rime avec réussite

En Europe du Sud on attribue le taux élevé de propriétaire à des raisons culturelles où dans ces pays, être propriétaire reste synonyme de réussite sociale et de sécurité. Tandis qu’en Europe du Nord plusieurs raisons comme les dispositions fiscales avantageuses ou encore des pouvoirs publics grands propriétaires de logements, expliquent la culture de la location. Avec une exception près, celle du Royaume Uni dont l’accession immobilière est en augmentation car favorisée par les pouvoirs publics depuis quelques années par différents programmes, en particulier des séries de petites maisons hors de Londres.

Des prix de l’immobilier élevés

Un investissement dans la pierre qui se justifie notamment par la hausse générale des prix de l’immobilier : de 2,6 % dans l’Union Européenne, et dont le plus fortes augmentations ont été enregistrées en Irlande (+ 16,3 %), et à Malte (+ 11,0%)… et qui s’explique peut-être par une économie solide (le PIB a progressé à Malte de 6,6 % en 2017) mais également par le dynamisme du secteur de la tech. Une hausse des prix néanmoins toujours circonscrite aux grandes agglomérations, en particulier pour la France où les différences de prix sont de l’ordre de 1 à 10 entre Paris et le département de la Creuse.