Face au contexte de marché lié à la pandémie et à l'effondrement du trafic aérien mondial, l'année 2020 aura été une année noire pour les constructeurs aéronautiques. Ces derniers ont du faire face à une forte chute des commandes d'avions, voire à l'annulation de nombreux accords. Notre graphique retrace l'évolution annuelle du nombre de commandes nettes enregistrées auprès d'Airbus et de Boeing depuis 2015.

Déjà fragilisé par l'affaire concernant le modèle d'avion 737 Max, c'est le constructeur américain qui a de loin le plus souffert l'année dernière. Le carnet de commandes de Boeing enregistre en effet un solde négatif de -1 026 appareils en 2020. Du côté d'Airbus, le bilan est en comparaison moins dramatique puisque le géant européen compte un total de 268 commandes l'année dernière. Mais cela reste un niveau très inférieur aux volumes habituels qui oscillaient entre 700 et 1 000 commandes nettes les années précédentes.

Conséquences de ces déboires inédits, les deux géants de la construction aéronautique ont déjà prévu d'importantes suppressions de postes. À l'issue du premier semestre 2020, Airbus avait annoncé la suppression de 15 000 emplois d'ici l'été 2021 (dont le tiers en France), soit 10 % de ses effectifs, tandis que Boeing a annoncé en octobre dernier la suppression de 30 000 emplois en deux ans, soit 20 % de ses effectifs.