*Des milliards de personnes risquent de passer à côté de la transition numérique car les disparités croissantes mettent à mal le tissu social.

*À moyen terme, l'économie mondiale sera menacée par les répercussions de la crise du coronavirus, tandis que la stabilité géopolitique sera extrêmement fragile au cours des 5 à 10 prochaines années.

*Les risques environnementaux continuent d'être une menace : ils restent comme parmi les menaces les plus importants en terme de probabilité et d'impact, selon l'enquête de cette année.

Le Rapport sur les risques mondiaux 2021 du Forum revient, dans cette 16ème édition, sur une année marquée par une pandémie mondiale, un ralentissement économique, des troubles politiques et une crise climatique qui ne cesse de s'aggraver. Le rapport explore la manière dont les pays et les entreprises peuvent agir face à ces risques.

Sans surprise, l'un des grands changements entre cette année et l'année dernière, en termes de risques, a été apporté par la pandémie de coronavirus COVID-19. Le risque posé par les maladies infectieuses est désormais classé au premier rang, alors qu'en 2020, il était à la dixième place.

Des effets étendus

"Les coûts humains et économiques immédiats du COVID-19 sont importants", indique le rapport. "Ils menacent de réduire des années de progrès en matière de réduction de la pauvreté et des inégalités dans le monde et de nuire davantage à la cohésion sociale et à la coopération mondiale".

Pour ces raisons, la pandémie démontre pourquoi les maladies infectieuses sont en tête de liste des impacts. Non seulement le COVID-19 a entraîné de nombreuses pertes de vies humaines, mais il freine le développement économique dans certaines des régions les plus pauvres du monde, tout en amplifiant les inégalités de richesse dans le monde entier.

Dans le même temps, on craint que la lutte contre la pandémie ne détourne des ressources d'autres problèmes sanitaires critiques, notamment en perturbant les programmes de vaccination contre la rougeole.

Préoccupations liées au climat

Mais malgré les retombées inévitables de COVID-19, ce sont les questions liées au climat qui constituent l'essentiel de la liste des risques de cette année, que le rapport décrit comme "une menace existentielle pour l'humanité". Malgré une baisse des émissions de carbone causée par les fermetures et les perturbations du commerce et des voyages internationaux, on craint que les émissions ne s'envolent à mesure que les économies se redresseront.

Le rapport s'appuie sur les données et les points de vue d'un large éventail de personnes interrogées dans le cadre de l'enquête mondiale sur la perception des risques du Forum Economique Mondial. Plus de 650 membres des diverses communautés de dirigeants du Forum ont répondu à l'enquête.

L'une de ces communautés sont les Global Shapers - le réseau de jeunes du Forum qui est le moteur du dialogue, de l'action et du changement. Pour eux, les risques liés au climat sont considérés comme "les risques à long terme les plus probables et les plus importants". Ils mettent également en garde contre les dangers de la "désillusion des jeunes" dans le monde entier.

"Ils considèrent les risques personnels comme des menaces immédiates, les risques macro à moyen terme et les risques géopolitiques fondamentaux à long terme", indique le rapport.

Parmi les menaces à court terme, qui devraient se concrétiser dans les deux prochaines années, figurent les maladies infectieuses, les crises des moyens de subsistance, l'inégalité numérique et la désillusion des jeunes.

Quant aux risques à moyen terme dans les trois à cinq prochaines années, les Global Shapers ont identifié l'éclatement des bulles d'actifs, la panne des infrastructures informatiques, l'instabilité des prix et les crises de la dette.

À plus long terme, la communauté a exprimé ses préoccupations concernant les armes de destruction massive, l'effondrement des États, la perte de biodiversité et les avancées technologiques négatives.

Combattre les risques

Outre les risques énumérés, le rapport réfléchit aux réponses à la COVID-19 afin de tirer des enseignements susceptibles de renforcer la résilience mondiale.

Il s'agit notamment de formuler des cadres analytiques, de créer de nouvelles formes de partenariat et d'instaurer la confiance grâce à une communication claire et cohérente.

Il comprend également des recommandations pour aider les pays et les entreprises à agir, plutôt qu'à réagir, face aux risques.

Le prochain événement virtuel du Forum, l'Agenda de Davos, réunira les dirigeants mondiaux pour discuter de la manière de faire progresser les principes, les politiques et les partenariats nécessaires à cette fin.