Trois adultes sur quatre dans le monde auraient l’intention de se faire vacciner contre la COVID -19, mais est-ce réellement suffisant ?

Publié
02 sept. 2020
2020
Partager
  • Selon une nouvelle enquête menée par le Forum Économique Mondial et Ipsos, près de 74 % des 20 000 adultes interrogés se disent prêts à se faire vacciner contre la COVID-19, mais les 26% restants représentent tout de même un déficit important.
  • La Chine se distingue par son optimisme, 87 % des personnes interrogées s'attendent à ce qu'un vaccin soit prêt cette année alors que la majorité du public ne s'attend pas à ce qu'un vaccin soit disponible avant 2021.
  • Les personnes qui hésitent à se faire vacciner s'inquiètent des effets secondaires, puis de son efficacité.
  • Pour en savoir plus sur l'enquête, cliquez ici.

Genève, 2 septembre 2020 - Dans un nouveau sondage réalisé par le Forum Économique Mondial et Ipsos auprès de près de 20 000 adultes de 27 pays, 74 % des personnes interrogées déclarent avoir l’intention de se faire vacciner contre la COVID-19. Cette majorité pourrait encore ne pas atteindre le nombre requis pour vaincre la maladie, avec moins d'une majorité (37 %) déclarant avoir une opinion ferme sur la question. Pour plus de la moitié de interrogés (59 %), un vaccin ne sera pas disponible avant la fin de cette année.

Intentions de vaccination contre la COVID-19

Globalement, 74 % des adultes interrogés sont d'accord pour dire que si un vaccin contre la COVID-19 était disponible, ils se feraient vacciner. (37 % fortement d'accord et 37 % quelque peu d'accord), tandis que 26 % se disent en désaccord. (15 % quelque peu et 12 % fortement).

Les pays où l'intention de vaccination contre la COVID-19 est la plus élevée sont la Chine (97 %), le Brésil (88 %), l’Australie (88 %) et l’Inde (87 %). Ceux où elle est la plus faible sont : la Russie (54%), la Pologne (56%), la Hongrie (56%) et la France (59%).

Dans la plupart des pays, les personnes qui sont d'accord sont nettement plus nombreuses que celles qui sont en désaccord (plus de 50 points de pourcentage dans 12 pays sur 27).

Selon Arnaud Bernaert, responsable des initiatives Santé au Forum Économique Mondial "Le manque de confiance de 26 % dans le vaccin est suffisamment important pour compromettre l'efficacité du déploiement d'un vaccin contre la COVID-19. Il est donc essentiel que les gouvernements et le secteur privé s'unissent pour renforcer la confiance et s'assurer que la capacité de production réponde à l'offre mondiale d'un programme de vaccination COVID-19. Cela nécessitera une coopération entre les chercheurs et les fabricants ainsi que des accords de financement public qui lèveront les restrictions à l'accès au vaccin".

Attentes par rapport à la disponibilité d’un vaccin cette année

Dans les 27 pays, 59 % des personnes interrogées sont en désaccord avec l'affirmation selon laquelle "un vaccin contre la COVID-19 sera disponible avant la fin de 2020" (23 % fortement et 36 % quelque peu), tandis que 41 % sont d'accord (9 % fortement et 31 % quelque peu).

Là encore, la Chine se distingue par son optimisme, 87 % des personnes interrogées s'attendant à ce qu'un vaccin soit prêt cette année. Le pourcentage est également élevé en Arabie saoudite (75 %) et en Inde (74 %). En revanche, le scepticisme prévaut en Allemagne, en Belgique, au Japon et en Pologne, où moins d'un adulte sur quatre prévoit qu'un vaccin sera disponible à un moment donné au cours des quatre prochains mois.

Raisons invoquées pour le refus de vaccination

La raison la plus fréquemment mentionnée pour ne pas vouloir se faire vacciner est l'inquiétude quant aux effets secondaires, suivie par la perception de l’efficacité du vaccin. Plusieurs pays estiment également ne pas être suffisamment à risque et une partie des personnes interrogées sont contre les vaccins en général.

À propos de l'étude

Voici les résultats d'une enquête menée par Ipsos entre le 24 juillet et le 7 août 2020 sur sa plateforme d'enquêtes en ligne Global Advisor auprès d'un total de 19 519 adultes, âgés de 18 à 74 ans aux États-Unis, au Canada, en Malaisie, en Afrique du Sud et en Turquie, et de 16 à 74 ans dans 22 autres pays. Lorsque la somme des résultats n'atteint pas 100 ou que la "différence" semble être supérieure ou inférieure de +/-1 à la réalité, cela peut être dû à l'arrondissement, aux réponses multiples ou à l'exclusion des réponses "je ne sais pas" ou "non déclaré". Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le site web d'Ipsos.

A propos d'Ipsos

Ipsos est la troisième plus grande société d'études de marché au monde, présente sur 90 marchés et employant plus de 18 000 personnes. Fondée en France en 1975, Ipsos est cotée sur Euronext Paris depuis le 1er juillet 1999. La société fait partie des indices SBF 120 et Mid-60 et est éligible au Service de Règlement Différé (SRD).

Notes aux rédacteurs

En savoir plus sur l’étude ici

En savoir plus sur The Great Reset

En savoir plus sur la plateforme d’action COVID du Forum

Agenda du Forum (aussi en français | espagnol | chinois | japonais)

Vidéos du Forum | photos

Abonnez-vous aux communiqués de presse et au Podcast du Forum

Toutes les opinions exprimées sont celles de leurs auteurs respectifs. Le blog du Forum économique mondial est une plateforme neutre et indépendante dont le but est de lancer des débats sur les sujets majeurs qui contribuent à façonner les agendas du monde, des régions et des industries